Artiste multiforme et coach créatif,  

Sylvain Farhi propose des spectacles, des expositions et des ateliers d'écriture, oralité et pleine présence en mouvement.

 

Diplômé en littérature et pédagogie(master universitaire), il envisage l’art comme un chemin de joie.

 

Son dernier spectacle a été sélectionné pour le festival d'Avignon et son premier roman, paru aux éditions PLON, a été notamment salué par Henri Gougaud, prix Goncourt.

 

Sylvain intervient dans des théâtres, des festivals, auprès de sans-abris, d'entreprises, d'écoles, de crèches et d'hôpitaux.

 

 

 
 

"Sylvain Farhi, la danse des signes"

article de F. Delvoye, directeur d'exposition au centre culturel Le Botanique et critique d'art

Saveur subtile - 110x72cm - technique mixte sur papier encollé sur toire
Saveur subtile - 110x72cm - technique mixte sur papier encollé sur toire

 

Ecrire quelques mots sur la peinture de Sylvain Farhi, après l'avoir découvert par l'écriture - je veux dire par l'autre, celle qu'on lit sur les pages d'un livre-, me parait d'une continuité toute naurelle. Car qui connait cet " Assoiffé", ne s'étonnera pas de voir sa poésie passer des mots à la musique, de la musique à la danse et, enfin,  de la danse à la peinture. Et ce sont bien toutes ces expériences qui se retrouvent dans ses toiles, nourries de gestes, de mouvements et de rythmes.

Toujours proche de l'écriture, sa peinture l'emporte au-dela du langage. Toujours en voyage, sa curiosité l'emmène aujourd'hui dans la matière et l'abstraction, tout en gardant ses phrases, ses traces plus nettes, celles qui le gardent attaché à la terre bien solidement. Car malgré son côté aérien, il y a toujours quelque chose de terrien chez lui, qui le noue à la réalité, et qui rend sa création pertinente, incarnée.

Sylvain Farhi, comme les couleurs et la musique, est une onde. Il traverse la vie en partant du mouvenment. Il se glisse dans les langages comme autant de manières d'apprivoiser l'incertitude du monde, comme autant de façons de danser.

La Danse des Signes : voilà peut-être l'appellation qui correspond à la démarche de Sylvain Farhi.

François Delvoye

(directeur d'exposition au Centre culturel Le Botanique, critique d'art)

Silou: la peinture comme chemin de JOIE

La peinture de Sylvain Farhi alias Silou est une bouffée de vitalité. Riche de poésie, foisonnante de tendresse, on y retrouve un goût pour l'aventure. Chaque œuvre est une expérience. Le langage pictural nous rappelle si vous ne faites pas demi-tour pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez jamais dans le royaume des cieux.

Joie, oui. Contempler une toile de Sylvain Farhi renvoie à la joie profonde. Le Vivant ici est danse, hymne. Un élan d'énergie vous prend au contact des couleurs vives. L'envie de jouer sa vie, aussi. Non par quelque naïveté mais bien parce qu'une fois lavée de tout ce qui l'encombre, la conscience atteint à la légèreté, à l'enjouement. Le regard entre en contact avec la réalité nue et frémissante. La peinture révèle la dimension sacrée du jeu.

Passant de l'abstrait au figuratif, collant, ici, usant de différents médiums là, la spontanéité jaillit, les gestes fusent, libérés de tout carcan conventionnel. Les personnages rencontrés rient souvent d'un rire généreux de bouddha moderne. Une multitude de cultures danse dans cet art. On y côtoie l'Orient et son épure, l'Afrique et ses masques, l’Océanie et ses pointillés. Cette peinture  intègre le souffle «  primitif » et organique des peuples racines où la magie était partie intégrante de la vie et reste néanmoins d’une singularité et d’un modernisme consternant. C’est son génie. De pointer au-delà des frontières, des genres, des délimitations raisonnées et raisonnables, temporelles et stylistiques pour désigner un fil rouge merveilleux. Un étonnement de chaque instant.

Le peintre plonge en lui-même et nous offre cette jubilation délicieuse. Comme il aime le répéter " La Vie n'est pas le monde. Ce qui m'intéresse c'est la Vie. C'est son cœur que j'aime à transmettre. Je peins pour inviter à une existence émerveillée. "  Merci.

Jules Latour, critique d'art